Découverte du théatre à Angoulême

In Non classé by L'incident culturel

Mardi 28 mars, les élèves de première Bac Pro Métiers de la sécurité et de terminale Bac Pro Maintenance du lycée des métiers Blaise Pascal, ont eu l’opportunité de participer à la journée inter-lycées de rencontre avec le théâtre à travers l’univers de deux compagnies, organisée par le Centre Dramatique National, Comédie Poitou-Charentes, au théâtre d’Angoulême, avec le soutien du Conseil Régional.

Les lycéens ont pu ainsi assister à deux représentations de théâtre, une première pour beaucoup d’entre eux et échanger ensuite avec les comédiens.
La première pièce était « Cybers » , de la compagnie du Théâtre de l’Esquif, de Niort, mise en scène par Hélène Arnaud.

« Cybers » est une pièce sur le transhumanisme qui prône l’usage des sciences et des techniques afin de développer les capacités humaines et de dépasser les limitations de l’homme. Avec cette représentation, il s’agit de s’interroger sur cette quête d’immortalité, d’éternelle jouvence, et de puissance grâce aux nouvelles technologies, qui vont changer nos façons d’être, d’aimer, de travailler, de consommer, de vieillir, de mourir. Le mythe de Prométhée revisité en somme.

Lors d’ateliers, les lycéens ont pu ensuite découvrir et se former à différents univers et métiers en lien avec le théâtre, comme la mise en lumière d’une scène, la régie d’un lieu de spectacle, les trucs et astuces de comédien, les percussions corporelles etc…

Enfin pour clore la journée ils ont ensuite assisté à la représentation de Scènes de chasse en Bavière, de la Compagnie Premier Cri, mise en scène Pénélope Biessy.
Bavière, 1945, on sent chez tous la recherche confuse d’un bouc-émissaire, d’une explication commode de tous les malheurs qui frappent les survivants de l’après-guerre.
Est-ce que ce sera la prostituée, le simple d’esprit ou l’homosexuel ? Le piège va patiemment se refermer sur l’un des personnages.
Aux dires de tous les élèves, ce fut une journée de découverte du théâtre très enrichissante, et trop rare pour des lycéens de filière professionnelle.

Print Friendly